Comme chaque semaine, je viens vers vous avec un édito, afin de vous donner un aperçu de tout ce qui est publié pour les ABONNES sur Territorial Challenges ! Merci à vous.

« Partout dans le monde, les citoyens espèrent le développement réussi d’un vaccin contre le Covid-19. Nous sommes très fiers que la société BioNTech basée à Mayence soit à la pointe de ces efforts et mène les premières études cliniques en Allemagne et aux États-Unis ». Au regard de l’attente mondiale d’un vaccin contre le virus qui mine la planète actuellement, on pouvait croire que ces propos ont été tenus par un chef d’État ou un ministre. Non, dans la course menait par une centaine de laboratoires pour trouver un remède magique à la pandémie, cette déclaration a été faite par des élus régionaux. Malu Dreyer, la première ministre du Land Rhénanie-Palatinat, un des seize États de l’Allemagne fédérale situé à l’ouest du pays, frontalier de la France et Doris Ahnen, sa ministre des Finances, avait compris l’enjeu aujourd’hui pour un territoire, d’être la terre de naissance d’une solution médicale attendue avec impatience par les habitants de notre planète.

Mayence, capitale de la Rhénanie-Palatinat, était connue depuis le XVe siècle pour l’invention de l’imprimerie par Gutenberg. Depuis le mois de mars dernier, les médias du monde entier, cite la ville pour la recherche autour du vaccin contre le COVID 19, menait par le bio-technologiste Ugur Sahin et son équipe au sein de sa société BioNTech. A ce jour, il semble que déjà, Pfizer, le géant américain de la pharma et associé de BioNTech, a commencé la fabrication de centaine de millier de vaccin contre le COVID 19, en attente pour mi-novembre de l’agrément des autorités sanitaires.

Pour Mayence et le land de Rhénanie-Palatinat, se sera des retombées incalculables si Dr. Ugur Sahin et son équipe réussissent à être les premiers à fournir avant la fin de l’année 2020, la potion magique contre le virus. Que ce soit en termes politique, économique, sociale et culturelle, c’est une construction d’un territoire d’excellence médicale à l’échelle mondiale qui prend racine à l’ouest de l’Allemagne. Un cluster de filières scientifiques et industrielles qui prime la qualité de la prospective de collectivités territoriales à l’échelle d’un land et de sa capitale.

Nous avons à Territorial Challenges, dans des éditions précédentes relaté l’alchimie qu’il y a entre les autorités de Rhénanie-Palatinat, ceux de la municipalité de Mayence, Dr Ugur Sahin et les membres du conseil d’administration de sa société BioNTech. A la différence d’autres recherches pharmaceutiques mondialisées et où l’ancrage territorial est absent, à Mayence et en Rhénanie-Palatinat, c’est une autre politique de la transition écologique qui est en marche et avec la filière biotechnologique comme tête de pont.

Ainsi, cette semaine, dans notre espace abonnement, la Rhénanie-Palatinat est à l’honneur dans notre rubrique payante « Smart Cities ». On vous décrit comment les autorités locales ont lancé une politique de mutualisation entres communes pour réussir la transition numérique de la région. Car en Rhénanie-Palatinat, on craint que les petites municipalités en particulier courent le risque de ne pas pouvoir suivre le rythme rapide que certaines villes affichent. Ainsi, pour exemple il y a le réseau intercommunal Digital City (IKONE-DS) qui est financé par le ministère de l’Intérieur de Rhénanie-Palatinat.

Concernant la rubrique payante « Smart Energy », nous publions une analyse au sujet de la récente étude de L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). Cette dernière explique que si les pays d’Europe centrale et du sud-est passent à une vitesse supérieure dans l’expansion des énergies renouvelables, ils éviteront jusqu’à 35 milliards d’euros de dommages à la santé et à l’environnement par an d’ici 2030. L’agence affirme aussi que dans ces deux régions européennes, l’énergie verte a le potentiel de répondre à 34% de la demande.

Dans la rubrique payante « Smart Industry », nous aborderons la révolution numérique en cours dans le secteur de la logistique.   Dans un futur proche, la géolocalisation en temps réel des unités logistiques (palettes, conteneurs, caisses …) sera une réalité, car elle permet d’optimiser les ressources, une visibilité instantanée de la supply chain et améliore les délais de collecte et de livraison des marchandises transportées, ce qui rend la logistique beaucoup plus flexible et efficace.

Enfin, dans notre rubrique « IoT » nous irons en Roumanie. Le célèbre intégrateur de solutions numériques, Vegacomp Consulting, a effectué la première analyse du parking public dans le pays, et le rapport national est d’environ 1,2 million de places de parking public, pour les 7 millions de véhicules immatriculés en Roumanie à la fin de l’année dernière.