Le 30 septembre 2020, c’est une date inscrite en grand dans l’agenda de ce responsable des dossiers Ville intelligente, Technologies de l’information et Innovation au comité exécutif de la Ville de Montréal. Ce jour là, les autorités locales présenteront les projets destinés à être financés par le gouvernement du Canada à hauteur de 50 millions de dollars. Pour François William Croteau, maire depuis 2009 de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie qui a une population de 135000 habitants, il s’agit de défendre une philosophie qui se résume en une seule phrase: « L’objectif d’une ville intelligente ne doit pas être la technologie, mais bien la qualité de vie ».

Bachelier en histoire de l’art et en sociologie à l’Université de Montréal et en Maîtrise en administration des affaires à Université du Québec à Montréal (UQAM), Croteau a été aussi chargé de cours en gestion urbaine dans cette dernière institution avant de commencer une carrière dans la politique locale.

Né en janvier 1972, François William Croteau a le parcours idéal pour une gestion municipale, car de l’histoire de l’art à la politique urbaine et en passant par le développement durable, il a les formations universitaires qui lui permettent une polyvalence rare pour un élu.

Avec en main le dossier ville intelligente, nouvelles technologies et innovation pour la ville de Montreal, François William Croteau a commencé par lancer un appel à propositions et ce sont les enjeux de la mobilité et de l’alimentation qui ont fait consensus. « Souvent, les personnes vulnérables se retrouvent dans des quartiers où se trouvent des déserts alimentaires. Il y a donc à la fois un besoin de mobilité et d’accès à une alimentation saine », affirme l’élu.

Ainsi, c’est 13 projets, tous développés par des partenaires qui ont été choisi et seront présentés le 30 septembre. Et François William Croteau d’en énumérer quelques uns dans une interview publié sur le portail Les Affaires « …il y a un projet de serre urbaine, dont une partie de la production sera distribuée aux centres alimentaires. Une plateforme numérique de mobilité intégrée est aussi en développement. Elle permettra aux citoyens de planifier leurs trajets en combinant plusieurs modes de transport sans avoir à payer à chaque segment. Si une personne utilise le métro, un vélo Bixi et une auto de Communauto pour se rendre du point A au Point B, une seule tarification sera appliquée. L’objectif est de rendre la mobilité la plus fluide possible… ».

Enfin, dans sa certitude concernant sa politique et l’esprit des décisions de l’exécutif de Montréal, François William Croteau affirme aujourd’hui: « Si les projets du Défi des villes intelligentes avaient été mis en place avant tout cela (la crise du COVID 19), la communauté montréalaise aurait été plus résiliente pour faire face à la crise ».