Omniprésente dans les décisions urbaines municipales qui façonnent la capitale de la vie bancaire Suisse, Anna Schindler est aujourd’hui une des icônes du microcosme mondial des smart cities.

Il ne se passe pas une semaine sans que cette géographe et urbaniste ne fasse de déclaration publique. A chaque fois il s’agit des grandes questions de la coexistence urbaine et de l’application des nouvelles technologies à la gestion d’une collectivité locale: « comment une ville en croissance et la plus peuplée du pays peut-elle rester vivable? Dans quelle quartier doit-elle être compressée? Les places de parking doivent elles rester prêt des commerces? Et qui peut encore se permettre un appartement en centre-ville? »

Invitée fin novembre au dernier sommet des Smart Cities à Barcelone, elle a affirmé que « …je pense qu’il est très important d’impliquer les gens et de leur donner l’opportunité, la possibilité de vraiment faire quelque chose… », avant de conclure concernant Zurich « …au centre bancaire de la Suisse nous visons à utiliser la technologie pour « résoudre de vrais problèmes pour de vraies personnes » de manière à améliorer leur qualité de vie et à lutter contre le changement climatique… ».

On dit qu’elle aime sillonner la ville germanique pour appréhender les problèmes urbains. Anna Schindler aime prendre le temps de la reflexion et regarder les quartiers, les bâtiments et les parcs, lorsque d’autres rsponsables de l’urbanisme se contentent de plans. Elle l’a fait à Sienne en Italie et en Amérique, où elle a vécu plus longtemps, et le fait lors de voyages comme à Copenhague. Ensuite, c’est une femme privée. Cependant, à Zurich, où elle dirige le développement urbain depuis huit ans, elle représente pour les citoyens toujours un des visages de la politique municipale.

Pourtant des collègues la décrivent comme « un fonctionnaire atypique », « simple » et « persistant ». Patrick Gmür, l’ancien directeur de l’Office de développement urbain, avec lequel Schindler a travaillé, n’a que des éloges pour elle: « Elle est habile à gérer les intérêts individuels parce qu’elle sait qu’elle ne peut s’affirmer qu’avec des compromis ».

Anna Schindler compte 34 employés dans équipe, rend compte à la maire Corine Mauch et travaille pour le conseil municipal. Son sujet est vaste: société et espace, relations extérieures, intégration et promotion économique.

Anna Schindler a étudié la géographie avec une spécialisation en développement urbain à l’Université de Berne. Au début de sa carrière elle fait le choix de devenir journaliste en culture et architecture et collabore pour divers publications de langue allemande et anglaise, notamment en tant que rédacteur en chef du magazine professionnel suisse Werk. Elle a été la lauréate du Zurich Journalist Award 2002, qu’elle a reçu pour une série d’articles dans l’hebdomadaire suisse WOZ.

De 2005 à 2012, elle a été chargée de cours à l’Institut d’études des médias appliqués et au Centre de gestion culturelle de l’Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW). Et en 2011, Anna Schindler fait le saut pour devenir directrice du développement urbain de la ville de Zurich.